Par Christophe Ducellier, avocat, spécialiste en droit fiscal et en droit des sociétés

 

ci-dessous le texte d’une contribution publiée par EFE dans sa newsletter de présentation du séminaire « Démembrement de propriété » des 1 et 2 février 2012 ( Séminaire annuel sur le démembrement de l’immobilier d’entreprise qui réuni de nombreux praticiens et dans lequel j’interviens chaque année) . Cette contribution sur la valorisation d’usufruit économique reste d’actualité pour tout investisseur immobilier, la question de la valeur de cet actif inscrit comme immobilisation incorporelle au bilan de la société soumise à l’IS étant un point clé d’une opération réussie ( à propos des pièges à éviter voir l’article ici., et sur l’intérêt du démembrement de propriété pour une entreprise : voir ici  ou voir là ).

DEMEMBREMENT DE PROPRIETE ET VALORISATION D’USUFRUIT : DE NOUVELLES PRATIQUES POUR UN AVENIR SEREIN

Le démembrement de propriété d’un immeuble, qu’il s’agisse d’un immeuble d’activité ou d’un immeuble locatif est un moyen très efficace de répondre aux besoins souvent différents et complémentaires des utilisateurs ou des investisseurs. Il pose évidemment la question de la valorisation d’usufruit.

Pour un investisseur privé, il peut s’agir de constituer ou structurer un patrimoine, pour une entreprise, une foncière ou un bailleur social, il s’agit de n’investir que dans « l’usage » d’un immeuble (donc dans son usufruit)  et non dans sa pleine propriété, plus onéreuse et ne permettant pas pour autant de mieux réaliser l’objet social.

La question de la valorisation d’usufruit économique prend donc ici toute son acuité.

Ainsi, une très vieille technique juridique est toujours à même de répondre aux besoins des acteurs économiques contemporains (y compris en ce qui concerne l’offre de logements sociaux), pourvu que soient mis en lumière certains de ses attraits financiers et organisationnels. (voir ici ).

L’éclairage nécessaire à une telle démonstration n’est pas uniquement juridique et fiscal. Il nécessite également une approche comptable et surtout mathématique, tant il est vrai que la réalisation d’une opération de démembrement à vocation économique constitue un projet complexe qui nécessite, pour être mené à bien, la mise en oeuvre d’un ensemble de solutions.

Si la réforme de l’imposition des plus values immobilières (loi 2011-117 du 19 septembre 2011 ) permet de voir s’éloigner le spectre de l’abus de droit si souvent redouté et mis en avant par les détracteurs du démembrement à vocation économique (sans qu’ils puissent pour autant arguer d’une seule décision en ce sens, car l’intérêt financier est réel pour chacune des parties au-delà de la seule question fiscale), gageons néanmoins que le succès de cette technique est en train de générer une nouvelle source de discussions ayant pour objet principal les valeurs retenues pour l’usufruit temporaire et la nue propriété.

D’un point de vue fiscal, la question de la valorisation d’usufruit peut conduire l’administration à qualifier une opération d’acte anormal de gestion, qu’il s’agisse du reste d’une évaluation excessive de l’usufruit, ou au contraire d’une évaluation jugée insuffisante (v. CE 6 juin 1984 n° 35415 et 36733 RJF 8-9/84 n°940).

Dans ce dernier cas, la libéralité qui découle d’une évaluation insuffisante peut ainsi être constitutive d’un revenu distribué entre les mains de l’usufruitier et taxable sur le fondement de l’article 111 c du CGI ( CE 25 juin 1975, n° 92185 et 92186 RJF 9/75 n°399).

Pénalement, l’inscription à l’actif du bilan d’une société commerciale d’un usufruit mal évalué pourra conduire à la qualification pénale d’abus de biens sociaux.

Or, le calcul de valeur d’un usufruit ou d’une nue propriété constitue une projection dans le temps, impliquant de ce fait approximations et empirisme.

Au-delà de la valorisation d’usufruit, ce qui est en jeu est non seulement le choix des données et paramètres retenus pour les calculs de simulation, mais aussi la prise en compte de la sensibilité et de l’incertitude liées au modèle mathématique.

Or, lorsque l’on cherche à étudier et décrire un phénomène réel sur la durée, on se trouve nécessairement en présence de données insuffisantes et parfois même, erronées.

Par exemple, retenir le taux de rendement locatif de l’immeuble comme taux d’actualisation « objectif » pour déterminer la valeur d’un usufruit d’une durée comprise entre 15 et 25 ans doit conduire à s’interroger : sur la période, la valeur vénale de l’immeuble évoluera immanquablement de façon différente de sa valeur locative, modifiant le taux de rendement locatif.

Quelle fiabilité accorder aux calculs réalisés alors que l’on n’a pas mesuré la propagation de l’erreur sur la période ?

Dans ces conditions, quel degré de confiance accorder aux valeurs retenues pour la valorisation d’usufruit ?

La fiabilité des résultats (c’est-à-dire leur sensibilité aux variations des paramètres d’entrée) et la mesure de cette fiabilité sont encore très rarement évoquées. Pourtant, alors que le recours au démembrement de propriété se développe au fur et à mesure des besoins auxquels il permet de répondre, nombre de contestations à venir sur les valeurs retenues seront évitées grâce à cette approche.

De ce point de vue la technique de l’usufruit locatif social, qui apporte une véritable contribution dans le cadre de la pénurie actuelle de logements sociaux, ou l’émergence du recours au démembrement pour permettre des partenariats public/privé doivent être abordés avec la même précision.

Le recours au démembrement à vocation économique est récent. Il n’est donc pas toujours bien compris et l’on voit naitre des demandes d’explication ou des contestations (qui ne sont pas fiscales et émanent d’actionnaires minoritaires, commissaires aux comptes, organismes de tutelles ou membres de l’opposition dans les collectivités territoriales). Elles sont principalement relatives à l’intérêt ou à l’équilibre économique des opérations mises en cause.

L’avenir du démembrement à vocation économique, qui est incontestablement un moyen efficace de structuration patrimonial, repose sur la sécurité des solutions qu’il apporte et donc sur la fiabilité des calculs mis en oeuvre pour le justifier.

Il appartient à la pratique de construire ces solutions.

CHRISTOPHE DUCELLIER